Arts Sciences & Landscape

CARTOGRAPHY

Video

cartographie

Les enjeux de la cartographie

De tout temps l’homme a cherché à se situer dans l’espace, à connaître et à comprendre l’univers qui l’entoure, à explorer le territoire qui s'offre à lui. Vision du monde ou représentation de l'espace environnant, la carte met en scène graphiquement les multiples enjeux qui traversent les relations que l'homme entretient avec le territoire. En projetant sur la carte la représentation qu’il se fait du monde, il a fait progresser sa connaissance, mémorisant d'abord les itinéraires, explorant les limites des terres connues, investissant le sous-sol et les fonds marins, remontant le temps ou se projetant dans l’avenir.Toute représentation du monde implique des choix. Chacun a tendance à se voir au centre du monde, à privilégier un point de vue. Aussi faut-il savoir lire la carte, comprendre sa légende, saisir les intentions du cartographe qui survalorise certains aspects pour des raisons pratiques, ou parfois idéologiques. Lieu de mémoire, la carte répond souvent à des enjeux de contrôle de l’espace. Depuis les paysans du Nil qui marquaient leur territoire pour le retrouver après la crue l'homme n'a cessé, comme en témoignent censives et plans terriers, de tracer les limites de son domaine. Des centuries romaines au cadastre napoléonien on retrouve la même volonté de quadriller le territoire pour des raisons administratives et fiscales. La carte dessine la frontière qui reste pour bien des pays un enjeu majeur.Outil de contrôle, la carte est aussi un instrument d’action. Elle joue un rôle fondamental dans la stratégie militaire au point d’être parfois tenue secrète. Elle est de plus en plus un outil d’aménagement du territoire, de prospective en matière de politique de santé ou d'environnement. Aujourd'hui, nourrie par les observations des satellites et des données manipulées par l'informatique, la carte se fabrique à la demande et devient outil de décision.Mais la carte n’a pas pour autant quitté le registre de l’imaginaire. Si nous ne rêvons plus des terres Australes ou du royaume du prêtre Jean, l'exploration spatiale nous ouvre d'autres horizons et la carte reste un formidable outil d’exploration pour les voyages initiatiques auxquels nous convient la littérature et l’art dans toutes les cultures du monde.

 

David Thomas Smith

Un artiste crée une oeuvre avec des photos Google Maps

Les concepteurs de Google maps étaient certainement loin de se douter de la récupération des images produites par leur application. L'artiste irlandais David Thomas Smith fait partie de ces créatifs qui détournent les visuels des photos satellites en ligne pour construire leur propre œuvre comme Anthropocene. Cette référence à un âge géologique et anthropologique dont nous serions les acteurs se traduit par une interprétation de paysages « socio économique » à mi chemin entre le tapis persan, la mosaïque et la cartographie.

http://david-thomas-smith.com/ANTHROPOCENE

 

Adrien Missika


Voyage et exotisme

À une époque où l'image semble avoir rendu tous les territoires accessibles, de cartes google à d'infinis blogs amateurs tumblr, de guides touristiques à des émissions télévisées d'explorations pixellisées, voyager semble prétendre à un nouveau statut. Le travail d'Adrien MISSIKA, qui se décrit lui même comme un ‘touriste professionnel', est à trouver au point de rencontre -et de rupture- entre l'expérience du voyage et les représentations de l'exotisme, à la croisée de l'iconographie publicitaire et de l'investissement subjectif. Au travers d'un vaste champ de médiums, de la photographie à la vidéo, de la sculpture à l'installation, l'artiste enregistre ses explorations lors de voyages aux USA, à Hawaii, au Turkménistan, en Inde, en Russie, au Liban, au Brésil, pour n'en citer qu'une partie.